La photo numérique : du capteur à l’image

Ce dossier s’intéressera plus particulièrement aux capteurs numériques, qui sont au cœur des appareils photo modernes, en suivant le cheminement de la formation de l’image. Il montrera les avantages et les limites de la technique numérique en photographie et aidera à décrypter la véritable signification des annonces faites par les fabricants à propos des performances de leurs appareils.

En quelques années, la photographie numérique a bouleversé les habitudes du public comme des professionnels. On le doit aux progrès très rapides des capteurs dont la qualité d’image n’a plus rien à envier à celle des meilleurs films argentiques et sur l’agrément d’emploi, comparé aux contraintes inévitables de l’utilisation des pellicules.

La photo numérique : du capteur à l'image. Ici, un objectif. © A S E F, Shutterstock

Pendant très longtemps, aucune alternative sérieuse à l’émulsion aux sels d’argent n’a existé pour la photographie. On s’était d’ailleurs inquiété dans le passé d’une possible raréfaction des ressources en argent. On raconte même que certains maharadjahs, sans doute en proie à des difficultés financières (tout est relatif), auraient revendu au poids du métal de précieux objets d’art à des fabricants de films. Puis, on s’est mis à récupérer l’argent présent dans les bains de développement et le spectre de la pénurie s’est éloigné.

Les techniques des images d'hier. © J.-P. Louvet

Cependant, à côté de qualités indéniables, la photo argentique présente un gros défaut : il faut avoir pris tous les clichés d’un film avant de le faire développer et c’est ainsi que certains ne voyaient les dernières images de leurs vacances d’été qu’après avoir terminé leur film à Noël ! En quelques années, la photographie numérique s’est répandue à une vitesse stupéfiante et a complètement remplacé la photo argentique.

Les techniques d'aujourd'hui. © SanDisk, J.-P. Louvet

Les utilisateurs tirent parfois leurs images eux-mêmes sur des imprimantes de très bonne qualité devenues abordables, même si, en réalité, cela revient nettement plus cher que de faire agrandir ses photos par un photographe, ou par un des multiples services en ligne qui se sont généralisés. Mieux encore, l’arrivée de « cadres numériques » permet d’afficher des images fixes ou des diaporamas sur des écrans LCD qui ne déparent pas dans un salon, sans oublier les tablettes qui permettent de consulter ou montrer ses photos n’importe où. Du côté des professionnels, c’est aussi une révolution : par exemple, les photographes de presse peuvent maintenant envoyer immédiatement leurs clichés depuis l’autre bout du monde par Internet.

Cette large adoption de la photographie numérique a bénéficié de la miniaturisation de l’électronique, qui permit, entre autres choses, de développer des capteurs donnant des images de qualité croissante. Elle repose aussi sur le fait que les utilisateurs apprécient l’immédiateté du résultat en s’affranchissant des contraintes pratiques imposées par l’utilisation des pellicules. Sans oublier qu’il est possible de multiplier le nombre de prises de vue sans que cela ne coûte un seul centime.

Source : FUTURA SCIENCES

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s