Népal. L’exploit de l’avocate alpiniste

C’est une première mondiale. Le 25 octobre 2018 dernier, l’avocate briochine Sophie Bellier est venue à bout des 6 540 mètres du mont Gustung, au Népal, avec sept autres compagnons de cordée. Un sommet qui n’avait encore jamais été foulé…

L’avocate briochine est allée au bout d’elle-même le 25 octobre dernier, inscrivant au passage son nom dans une première mondiale au Népal (*). Aux environs de 13 h, heure locale, Sophie Bellier, 45 ans, a atteint, avec ses sept autres compagnons de cordée, le sommet du mont Gustung, situé dans une vallée reculée du nord-ouest du Népal et perché à 6 540 mètres d’altitude.

Il aura fallu sept heures d’efforts sur un terrain crevassé pour effectuer l’ascension finale et gravir les 400 mètres de dénivelé avec des pentes à 70 %. Et ce, après un départ donné à 6 h par une température de moins 30 degrés… Sept heures de « dépassement de soi » pour vingt petites minutes de joie intense au sommet. « C’était jouissif comme sentiment », raconte Sophie Bellier. « On était les premiers, personne n’avait jamais marché là avant nous. Il y a peu d’endroits sur terre comme ça. C’est un sentiment que je n’avais jamais connu avant », décrit l’avocate au barreau de Saint-Brieuc, bien qu’ayant déjà à son palmarès des sommets comme l’Elbrouz en Russie, l’Antisana et le Cayambe en Équateur, le Mera Peak et le Dôme Tilman dans l’Himalaya et l’Aconcagua en Argentine.

-*-

Un tout petit galet des îles Saint-Quay

Au sommet du Gustung, Sophie Bellier a laissé une trace de son passage. Un tout petit galet des îles Saint-Quay, qu’elle a enfoncé dans la neige. « Un symbole fort » pour l’avocate alpiniste, qui pratique également l’escrime, la course à pieds et le kayak de mer. Mais la condition physique ne suffit pas pour affronter les conditions extrêmes des hauts sommets. « Il faut compter sur 40 % de physique et 60 % de mental », assure Sophie Bellier. « Le mot d’ordre c’est adaptation. Il faut être prêt à vivre des choses imprévues ».

Comme ce mal des montagnes qui l’a saisie pendant deux jours entre les camps de base n°1 et 2. 48 heures de migraines et de nausées, « où l’on se demande si l’on a bien fait de faire tout ce chemin et de se préparer pendant un an pour endurer ça ». Autant pour le froid, l’avocate alpiniste a progressivement habitué son organisme. À coups de douches froides et de bains de mer notamment. « C’est un signal que l’on donne au corps pour qu’il se sente moins agressé par des températures plus froides ».

-*-

Dépasser la souffrance

Mais question mal des montagnes, pas grand-chose à faire, mis à part l’acclimatation progressive aux différentes altitudes une fois sur place. « Mentalement, il a fallu se focaliser sur autre chose pour dépasser cette souffrance… » Sophie a pu reprendre son ascension. Avec d’autres difficultés liées au manque d’oxygène. « Le moindre effort est très éprouvant, on se sent complètement diminué. À chaque pas, il faut s’arrêter souffler cinq secondes ».

Ascension du « Gustung » dans le nord ouest du Népal. (Dr)-**-

Au total, l’expédition aura duré un mois. « Un mois pendant lequel on met sa vie en danger », rappelle Sophie Bellier qui dit ne pourtant pas être une « tête brûlée », au contraire. Alors, y aura-t-il un prochain sommet ? « Oui, mais pour l’instant je n’ai pas envie de me projeter. Je savoure encore le dernier… », répond Me Bellier, qui dit revenir chaque fois plus forte de ces expéditions. « Quand je rentre, je suis prête à affronter plein de choses, je me sens pleine d’énergie. C’est quelque chose qui me nourrit en permanence et cela a des répercussions dans la hiérarchie des problèmes du quotidien. Car, là-haut, il n’y a qu’une priorité, c’est la vie ».

(*) Aucune expédition au sommet du Gustung n’était encore inscrite dans l’Himalayan Database. Cette base de données recense la plupart des ascensions tentées depuis 1905 sur plus de 450 sommets népalais.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s