Ne manquez pas l’éclipse totale de Lune le 21 janvier, la seule de l’année 2019

Alors que la Lune est à l’honneur en ce début d’année, une éclipse totale sera visible à la fin du mois de janvier 2019 en France.

Eclipse de Lune de janvier 2018

L’ÉCLIPSE TOTALE DE LUNE DU 31 JANVIER 2018 VUE A SON MAXIMUM AVEC UNE BELLE TEINTE ROUGEÂTRE.

© YU JUN / LEEMAGE

-*-
Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 janvier 2019, il y aura une éclipse totale de Lune qui pourra être admirée en France, à condition de se lever très tôt.
Le phénomène général débutera à 3h36 et prendra fin à 8h48.
La phase de totalité, durant laquelle notre satellite, obscurci, se parera d’une teinte rougeâtre, prendra place entre 5h41 et 6h43.

-*-

Pas de précautions particulières pour voir une éclipse de Lune

Cette éclipse totale de Lune qui pourra également être admirée dans toute l’Europe, en Amérique du Nord et du Sud et en Afrique, sera la seule de l’année 2019. Une éclipse partielle se produira toutefois en juillet. Contrairement aux éclipses solaires, les éclipses de Lune peuvent être observées au même moment pour tous les observateurs. Elle se produisent lorsque notre satellite, vu depuis la Terre, se situe dans la direction opposée au Soleil et qu’il se trouve donc en phase de pleine Lune. Pour l’observer, aucune précaution particulière n’est nécessaire, hormis en ce début d’année quelques vêtements bien chauds !

Les différentes phases de l’éclipse. De droite à gauche : entrée dans la pénombre, entrée dans l’ombre, début, maximum et fin de la phase de totalité, sortie de l’ombre et sortie de la pénombre © Johan Kieken.

-*-

La Lune reste illuminée par les rayons du Soleil

Les astronomes amateurs peuvent également scruter l’astre avec une lunette ou une paire de jumelles : même dans la période de totalité, notre satellite restera visible et affichera peut-être même une belle teinte rougeâtre. En effet, même quand elle dans le cône d’ombre de la Terre, la Lune reste illuminée par les rayons du Soleil qui frisent notre planète et traversent son atmosphère qui les dévie. Cet éclairage indirect procure ainsi une luminosité résiduelle. De plus comme l’atmosphère terrestre filtre principalement les couleurs bleues du spectre, les rayons réfractés sont porteurs d’une lumière plutôt rouge, d’où la teinte rougeâtre de la Lune.

-*-

Source : SCIENCE et AVENIR. 

Publicités

Le bulletin F8REF de la 3ème semaine de 2019 est disponible en ligne.

-*-

Il est consultable ici : http://f8ref.r-e-f.org/

73 de Jean-Pierre F6BIG – f6big@free.fr

Responsable du bulletin F8REF

-*-

INFOS DÉPARTEMENTALES

17 – Charente Maritime – Rassemblement de Périgny 2019 samedi 19 janvier 2019

28 – Eure et Loir – Assemblée générale de la SRA-28 samedi 19 janvier 2019

32 – Gers – Assemblée générale de l’ARAG/32 dimanche 20 janvier

35 – Ille et Vilaine – ARA35 – Indicatif spécial TM5CQ

65 – Hautes-Pyrénées – Assemblée générale du REF 65 dimanche 20 janvier

66 – Pyrénées orientales – Indicatif spécial TM66BLM

78 – Yvelines – Assemblée générale de l’ARAV dimanche 20 janvier

83 – Var – Assemblée Générale de F6KGC.

-*-

INFOS DIVERSES

Relais FM et C4FM de la montagne de Lure (04)

-*-

 

 

Le deuxième sursaut radio rapide répétitif a été détecté par le radiotélescope Chime

Les sursauts radio rapides, ces courtes bouffées d’ondes radio très énergétiques, sont déjà mystérieuses en soi. Elles sont encore plus déroutantes quant elles se répètent. Des astronomes viennent d’annoncer la découverte de FRB 180814.J0422+73, un sursaut radio rapide récurrent, le deuxième de l’Histoire. Douze signaux ponctuels ont également été détectés. Pas mal pour un début : le radiotélescope Chime, qui a enregistré ces sursauts, se montre indubitablement à la hauteur de toutes les attentes !

Les sursauts radio rapides ou FRB (Fast radio bursts) sont de courtes impulsions d’ondes radio, très énergétiques mais aussi très brèves : ils ne durent que quelques millisecondes. Depuis que leur existence a été mise en évidence en 2007, une soixantaine de sursauts a été détectée, tous ponctuels. Ces phénomènes semblent trouver leur origine loin de la Voie lactée et ils émettent en une milliseconde autant d’énergie que le Soleil en 10.000 ans. Leur nature, quant à elle, demeure une énigme.

Illustration de sursauts radio rapides détectés dans la voûte céleste. © NRAO

-*-

Des origines encore ignorées

La plupart des théories sur leur origine évoquent des événements cataclysmiques se soldant par la destruction de leur source comme l’explosion d’une étoile donnant une supernova, une fusion d’étoiles à neutrons… ─ il a également été suggéré que ces signaux soient émis par des civilisations extraterrestres avancées, mais ceci est une autre histoire. Ces théories ont commencé à vaciller quand, en 2015 une succession de sursauts radio rapides ayant la même origine (FRB 121102) a été enregistrée par le puissant radiotélescope d’Arecibo, situé sur l’île de Porto Rico – notons que FRB 121102 a été observé pour la première fois en 2012 et que d’autres occurrences ont été détectées quelques années plus tard.

Les astronomes enfoncent aujourd’hui le clou en annonçant la détection d’un nouveau signal qui se  répète. Appelé FRB 180814.J0422+73, le sursaut radio rapide semble prendre son origine à environ 1,5 milliard d’années-lumière de la Terre. La source pourrait être « un amas dense, comme un reste de supernova, ou encore un point situé près du trou noir central d’une galaxie », explique Cherry Ng, de l’université de Toronto, un des astronomes impliqués dans cette découverte.

-*-

1.000 sursauts radio de plus à la fin de l’année ?

La détection de FRB 180814.J0422+73 et des douze autres FRB ponctuels, qui fait l’objet de deux études publiées dans la prestigieuse revue Nature (ici et ici), constitue un des premiers résultats du radiotélescope Chime, situé en Colombie-Britannique au Canada et inauguré fin 2017 (voir aussi l’article plus bas). Les signaux ont été détectés en seulement trois semaines d’observation entre juillet et août 2018, alors que le télescope ne fonctionnait pas encore à plein régime. En tout, ont été enregistrées six répétitions provenant de la source FRB 180814.J0422+73, qui a été étudiée un peu plus longtemps que les FRB ponctuels, jusqu’en octobre.

Pour les cinquante scientifiques de la collaboration canadienne à l’origine de cette détection, cette deuxième succession de sursauts radio rapides permet de penser qu’il pourrait en exister d’autres. « Avec la cartographie quotidienne de l’hémisphère nord par Chime, nous allons sûrement trouver d’autres successions de sursauts au fil du temps », se réjouit dans un communiqué Ingrid Stairs, de l’université de Colombie-Britannique.

« À la fin de l’année, nous aurons peut-être trouvé 1.000 sursauts de plus », a ajouté Deborah Good, de la même université. Après tout, les astronomes estiment qu’il pourrait se produire jusqu’à 10.000 FRB par jour et s’attendent à ce que Chime soit capable d’en détecter entre 2 et 50 quotidiennement (voire article ci-dessous).

Multiplier les observations de ces signaux permettra de mettre le doigt sur la nature de leur source. « Il n’est pas encore clair si les sources qui génèrent des FRB répétitifs sont différentes de celles qui ne semblent en générer qu’un seul. Il est possible que ce que nous pensons être aujourd’hui des FRB ponctuels ne se répètent que très rarement mais qu’ils proviennent du même type de sources », avance Shriharsh Tendulkar, de l’université McGill à Montréal, coauteur de l’étude.

-*-

Une vidéo de présentation du radiotélescope Chime. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais apparaissent alors. Cliquez ensuite sur la roue dentée à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © McGill University

-*-

Chime devrait détecter 2 à 50 FRB par jour

La raie à 21 cm est aussi une raie à une fréquence de 1.420 mégahertz (MHz), mais comme elle est décalée vers le rouge par l’expansion de l’univers, elle tombe, pour nous, sur Terre, aujourd’hui, dans une bande de 400 à 800 MHz. Il se trouve que cette bande permet aussi d’étudier une autre énigme du cosmos : les sursauts radio rapides (Fast Radio Bursts, ou FRB en anglais).

Rappelons que les sursauts radio rapides sont de brèves bouffées d’ondes radio (quelques millisecondes) découvertes en 2007 grâce à de nouvelles analyses d’archives de données collectées par le radiotélescope de Parkes, en Australie. Au début, les FRB n’ont pas été pris au sérieux et leur distance était inconnue. Nous savons maintenant qu’il ne s’agit pas de signaux parasites et qu’ils sont extragalactiques. Cela implique que la puissance dégagée par un phénomène aussi court doit être énorme pour être repérable d’aussi loin. Nous en connaissons quelques dizaines, actuellement répartis sur la voûte céleste, et un qui se répète, observé pour la première fois en 2012, d’où sa dénomination « FRB 121102 ».

Statistiquement, il devrait s’en produire un millier par jour environ sur toute la voûte céleste pour un observateur sur Terre. C’est heureux, parce que nous ne savons toujours pas quelle est l’origine de ce phénomène, bien que des explications aient été avancées, comme celle d’explosions d’étoiles de Planck(des étoiles à neutrons proches d’un trou noir supermassif), voire carrément des civilisations extraterrestres avancées.

Avec sa grande surface collectrice, son énorme champ de vision et sa large bande passante, Chime devrait permettre, selon les estimations des radioastronomes, de détecter 2 à 50 FRB par jour. Il devrait aussi donner immédiatement l’alerte en cas de corrélation possible avec un autre phénomène astrophysique notable, par exemple une supernova.

Des chercheurs viennent d’annoncer dans The Astronomer’s Telegram la détection par Chime du FRB avec la fréquence la plus basse connue jusqu’à présent, à savoir 580 mégahertz. Mais FRB 180725A, c’est son nom, n’est pas le premier observé par Chime depuis sa mise en service l’année dernière. Les progrès en direction d’une résolution de l’énigme des FRB pourraient être rapides et les conséquences spectaculaires : imaginons par exemple qu’il s’agisse bien d’étoiles de Planck !

 

Si l’origine de ces flashs d’ondes radioélectriques reste encore mal connue, pour le chercheur, il est « extrêmement improbable » qu’elles soient émises par des civilisations extraterrestres. Même s’il reconnait que, « en tant que scientifique, il ne peut pas l’exclure à 100 % ».

-*-

Source : FUTURA SCIENCES.

Première guerre mondiale : qui a gagné la bataille du Chemin des Dames ?

La bataille du Chemin des Dames s’est déroulée durant la première guerre mondiale, en Picardie. Surnommé également « L’offensive Nivelle », ce combat sanglant restera à jamais gravé dans les mémoires.

Au début de l’année 1917, la guerre durait depuis plus de deux ans et demi, la situation de la France était préoccupante et le moral des troupes au plus bas. Robert Nivelle qui succède au général Joffre, comme commandant en chef de l’armée française, porte avec lui un audacieux plan visant à mettre un terme à la guerre : une opération de grande envergure pour percer le front allemand de manière brutale et massive. Ce qui doit être la dernière bataille de la guerre débute donc le 16 avril 1917.

-*-

Le Chemin des Dames, un plateau stratégique

L’armée française, sous les ordres de Nivelle, tente à l’aube une grande offensive entre Soissons et Reims, sur une route que l’on appelle « Le Chemin des Dames ». Il s’agit là d’un plateau hautement stratégique. Mais l’offensive surprise est mal préparée. Les Allemands ont en effet prévu cette riposte et battent en retraite sur la ligne Hindenburg. Ils possèdent de nombreux observatoires à travers leur zone fortifiée, qui s’étend sur plus de 40 kilomètres. Les troupes françaises mettront un certain temps avant de se rendre compte du retrait de l’adversaire, mais feront tout de même plus de 20.000 prisonniers.

-*-

Le village de Soupir en avril 1917. © Wikimedia Commons, domaine public.

-*-

Une bataille sanglante sur le Chemin des Dames

Si les premières lignes de l’armée allemande sont enfoncées sans problème, les secondes sont difficiles à percer, à tel point que l’adversaire arrive finalement à récupérer son terrain. L’offensive française est alors stoppée le 21 avril et ne sera relancée que deux semaines plus tard pour durer jusqu’au mois d’octobre. Les Allemands finiront par se replier plus au nord suite au succès des troupes françaises au fort de La Malmaison.

La bataille du Chemin des Dames est l’échec le plus terrible de l’armée française durant la première guerre mondiale, les Français ont perdu plus de 100.000 hommes. Après cette offensive, une commission militaire d’enquête est formée. Elle absout le commandant Nivelle, il est envoyé à Alger (nommé commandant en chef des troupes françaises d’Afrique du Nord par Clemenceau, fin 1917). Robert Nivelle décède dans son lit en 1924, à Paris.
-*-

À savoir

  • Le Chemin des Dames, dans le département de l’Aisne, traversait 18 villages, sept furent détruits.
  • Cet épisode sanglant de la première guerre mondiale a vu naître « La chanson de Craonne » et les premières mutineries dans les rangs de l’armée française.
  • Avant les conflits de 1914-1918, les pertes humaines étaient imputables aux armes à feu portées pour les deux tiers ; la première guerre mondiale a vu un basculement s’opérer, l’artillerie devient alors la cause première de la même proportion des décès.
  • -*-

Source : FUTURA SCIENCES.

Espace : Merci pour la communauté à Reinhard DK5LA.

Mission Chang’e-4 et relais Queqiao

DK5LA, envoie régulièrement au satellite relais Queqiao des enregistrements de données pour le compte de la Chine avec son puissant groupement d’antennes EME.

-*-

L’agence spatiale chinoise avait découvert DK5LA lors de sa mission de sauvetage du satellite sud-africain ZA-AEROSAT le 02 juillet 2017, qui pouvait être « réveillé » par un accès logiciel à niveau élevé sur 145 MHz et amené au déploiement de ses panneaux solaires.

-*-

Cette histoire à succès a également touché les médias. La chaîne de télévision SAT.1 s’est déplacée chez DK5LA à Sörup dans le Schleswig-Holstein, ce qui lui a déclenché, entre autres, la caméra du satellite chinois, qui a pris les premières photos de l’arrière-lune. Info de la rédaction du DARC.

Voir le reportage

Source :  http://ref39.r-e-f.org/topic/index.html   Info de la rédaction du DARC.

Promotion Radio Amateur.


Elle s’est fait attendre, la voici créée, comme annoncée voici le nom de notre association

A P R A ( Association Promotion Radio Amateur)

Pour la déclaration, le Président est Philippe F4ICT et le Vice-président est Laurent F4AHN.

Le site internet sera fait prochainement. 

-*-

Notre éthique :

Promouvoir le monde du radio-amateurisme dans le milieu scolaire, (écoles primaires, collèges et lycées) par différents ateliers pédagogiques, simples et conviviaux.

Faire participer nos amis radioamateurs lors de nos activités.

Notre première sortie non officielle était la projection de « 16 levers de Soleil » à Courrières.

Nos amis du GAAC nous ont contacté pour faire une exposition sur Thomas Pesquet avant la projection du film.

Nous intervenons aussi hors milieux scolaire sur différentes manifestations. Notre première sortie officielle sera la 5ème édition des Rencontres Astronomiques de Courrières (62) en Mars 2019.

-*-

Nous avons bien sur d’autres activités prévues,  le calendrier commence a s’étoffer école primaire de Meurchin et collège de Wingles. 

-*-

Vous êtes bien sur les bienvenus pour soutenir l’association nous avons fixé un montant de 20 euros de cotisation, si vous voulez participer activement ou être solidaire sur notre projet cela nous permettra d’investir pour des achats de matériels pour nos différents projets.  

Nous vous attendons sur notre stand, venez nombreux,  73’s qro F4ICT, F4AHN

Son adresse Email est :  apra62@orange.fr

https://photos.google.com/share/AF1QipNh49A8N4uIJrhzzX2DHq7K1VEjb3BFew_KiI9NFIQw6dNM8hPM82WcqwxcwMK99A?key=NmtGc3ZFbTlvMllLZ2dyMUtnV0tZQks1a3hnV21B